connexion icone-emballage-adapte icone-garantie-qualite-vegetale icone-livraison-suivie panier recherche add add_circle check navigate_before navigate_next close mode_edit delete_forever expand_less expand_more keyboard_arrow_left keyboard_arrow_right zoom_in
star star-grey
Poirier 'Williams'
Poirier 'Williams'
Poirier 'Williams'
Poirier 'Williams'
Poirier 'Williams'
Poirier 'Williams'
Poirier 'Williams'
Poirier 'Williams'
Exposition conseillée : Soleil Soleil
Type de feuillage : Caduc Caduc
Rusticité : Rustique (T° mini : -15°) Rustique (T° mini : -15°)
Port : Etalé Etalé
Humidité du sol : Pas trop sec à frais Pas trop sec à frais

Poirier 'Williams'

Pyrus communis 'Williams'

1 Avis clients
Type : Arbre fruitier
Taille adulte (H x L): 6m x 4m
Période de floraison : Avril
Utilisation : Plante comestible, Plante fruitière
Fruit de gros calibre, jaune doré à chair blanche, fine, fondante, juteuse, sucrée, peu acidulée et très parfumée. Arbre de bonne vigueur et fertile, peut se cultiver en altitude et supporte une taille courte. Sujet à la tavelure : choisir une exposition ensoleillée. Poire de table, bonne pollinisatrice.

À propos de l'espèce Pyrus communis

Le poirier est un des fruitiers le mieux adapté à nos régions tempérées. Pour une bonne fructification, installez-le au soleil, dans une terre saine, assez lourde, riche et profonde, sans trop de calcaire ou d'humidité. La présence d'autres variétés de poirier à proximité favorisera la pollinisation, donc la fructification.

Lire moins Lire plus
Voir les autres Pyrus communis

À propos du genre Pyrus

Connu essentiellement pour ces fruits délicieux, le genre Pyrus compte une vingtaine d'espèces originaires des régions tempérées de l'hémisphère nord. Il est avant tout cultivé pour ses fruits mais certains espèces et variétés aux qualités purement ornementales ne manquent pas d'intérêt.
Lire moins Lire plus
Voir les autres Pyrus

Description détaillée

Plantation

Exposition conseillée
Soleil
Rusticité
Rustique (T° mini : -15°)
Humidité du sol
Pas trop sec à frais
PH du sol
Neutre
Richesse du sol
Normal

Caractéristiques produit

Type
Arbre fruitier
Utilisation
Plante comestible|Plante fruitière
Type de feuillage
Caduc
Hauteur
De 5 à 10m
Hauteur à maturité (m)
6
Largeur à maturité (m)
4
Port
Etalé
Type de sol
Normal
Mois de floraison
Avril
Couleur(s) de floraison
Blanc
Couleur(s) du feuillage
Vert
Vos favoris
Poirier
Saison de floraison
Printemps

Botanique

Nom botanique
Pyrus communis 'Williams'
Famille
Rosaceae
Synonyme
Pyrus communis 'William's Bon Chrétien'
Variété
Williams
Genre
Pyrus
Espèce
Pyrus communis

Le Genre Pyrus : Environ 20 espèces (Europe, Asie, Afrique du nord). Arbres ou arbustes souvent épineux. Feuilles caduques ou semi-persistantes, simples, entières ou denticulées. Inflorescence en corymbe. Fleurs blanches, parfois rosées, sépales réfléchis, 20-30 étamines à anthères rouges, 2-5 styles libres, ovaire infère. Fruit pyriforme, turbiné ou globuleux, charnu, à loges cartilagineuses, péricarpe contenant souvent des cellules pierreuses (jamais chez les Malus). Graines (pépins) noires.

Particularité de l'espèce Pyrus communis :

Arbre de 15 m de haut, port pyramidal, devenant ovale avec le temps. Phyllotaxie 2/5. Feuilles alternes, 6-8 x 4-6 cm, obovales allongées, acuminées, arrondies à la base et denticulées, glabres sur les 2 faces. Pétiole muni à la base de 2 stipules caducs. Floraison avril, avant l'apparition des Feuilles, s'étendant sur 5-20 jours selon les cultivars ; fleurs détruites, même après fécondation, par une gelée de -2,5 °C. Fruits charnus, mûrissant de juillet à mars selon les cultivars. Les cultivars à maturité tardive sont cueillis en octobre et conservés en local pour mûrissement progressif.

Particularité de la variété : Fruit de gros calibre, jaune doré à chair blanche, fine, fondante, juteuse, sucrée, peu acidulée et très parfumée. Arbre de bonne vigueur et fertile, peut se cultiver en altitude et supporte une taille courte. Sujet à la tavelure : choisir une exposition ensoleillée. Poire de table, bonne pollinisatrice. Le poirier 'Williams' peut être pollinisé, avec l'aide des abeilles notamment, par les poiriers suivants : 'Conférence', 'Beurré Hardy', 'Doyenne de Comice', 'Triomphe de Vienne'. Pour cela, il faut que i'un d'eux se trouve à moins de 100 m de distance pour un bon résultat.


Culture

Genre Pyrus

taille

(Fevrier-Avril) Avant la reprise en végétation, tailler le bois malade ou mort et les branches se croisant pour ne garder que les branches vigoureuses et maintenir un beau port.

maladies & ravageurs

Sujet aux attaques de pucerons, chenilles, aussi au feu bactérien, pourridé, Oïdium, chancre, moniliose et tavelure.

propriété & emploi

Plante ornementale. Très belle floraison pour la plupart des espèces, feuillage devenant rouge à l'automne pour certaines. Très cultivé pour ses fruits (P. communis).


Espèce Pyrus communis

plantation

Très bien adapté en Europe occidentale. Exigeant sur le sol : ne se développe normalement qu'en terre saine, assez, lourde, riche et profonde, sans excès de calcaire ou d'humidité, ni sécheresse de l'air, surtout au moment de la floraison et près de la cueillette. Les sols froids provoquent des végétations tardives et donnent des fruits de qualité insuffisante. L'ensemble de ces exigences conduit à n'entreprendre des cultures commerciales intensives qu'en situation convenable. Dans les jardins, l'amélioration du sol, du microclimat (murs ou brise-vent) et la conduite permettent le développement sur des surfaces peu étendues.

taille

Principes de taille. Partant de l'œil à bois, les différents organes rencontrés chez le poirier sont, par ordre de vigueur décroissante : le gourmand, le rameau à bois, la brindille, la brindille couronnée, le dard, le bouton à fruits (appelé également bouton à fleurs ou lambourde) et, après la cueillette, la bourse. Le but de la taille est d'obtenir la transformation de ces différents organes jusqu'à la fructification et de renouveler celle-ci le plus longtemps possible. On intervient tantôt en hiver (taille en sec), tantôt en cours de végétation (pincements, taille en vert, éclaircissage, etc.). Les différents procédés de taille varient selon le temps dont on dispose, les formes, l'âge et la vigueur des arbres. o Sur les formes soumises à une taille de formation et de fructification très stricte, chaque coursonne reçoit un traitement particulier selon sa position sur la branche, sa vigueur et son ancienneté. Dans un premier temps, on recherche l'établissement de la charpente par un allongement annuel modéré et la réservation de coursonnes latérales. Celles-ci sont ensuite taillées en sec, à une longueur variant selon leur vigueur respective (généralement de 3-5 yeux), de façon à user la sève brute vers les yeux d'extrémité, mieux placés pour répondre aux tendances naturelles de la vigueur, alors que ceux de la base, desservis par un courant de sève réduit, se transforment en éléments fructifères (dards et boutons à fleurs). La deuxième phase consiste à éliminer l'extrémité de la coursonne en la rapprochant sur les boutons obtenus, afin de les renforcer et d'obtenir des fruits de meilleur calibre. Plusieurs fructifications successives occasionnent chaque fois une déviation de la sève par suite de l'implantation du bouton à fruit sur la bourse précédente. La phase finale consiste donc à rajeunir la coursonne en la taillant près de sa base (à l'écu ou sur rides) pour favoriser la percée d'yeux stipulaires ou adventifs. Ces derniers donneront de nouveaux rameaux, dont l'un sera conservé pour établir une nouvelle coursonne o Sur les formes moins strictement dirigées, telles que les haies fruitières et assimilées, davantage du domaine des professionnels, l'application à chaque coursonne de la taille courte demande trop de temps. On adopte alors un système de taille moins rigide, avec réservation des brindilles, pratique de l'arcure, de l'inclinaison et palissage à long bois sur des branches plus écartées.

entretien

Principales formes. Indépendamment de plein vent (hautes et demi tiges), les principales formes non palissées et greffées sur franc tiennent compte de la tendance naturelle de l'espèce à présenter un axe central sur lequel on réserve un certain nombre de branches charpentières, de longueur variable, insérées selon un angle de 30 à 60°, et sur lesquelles on exploite des coursonnes latérales, comme les grandes pyramides ou les grands fuseaux. Les arbres greffés sur cognassier sont guidés sous des formes plus réduites : quenouilles, colonnes, palmettes diverses à branches plus ou moins dirigées (obliques, Verrier, « U » simples ou doubles, Ferraguti, haies fruitières, etc.). Développant de 5 à 25 m de charpente utile et présentant une fructification plus précoce (normalement à partir de 4 ans), ces formes donnent des fruits plus beaux et plus savoureux que ceux qui sont greffés sur francs.En revanche, leur exploitation dépasse rarement une trentaine d'années, à moins de prolonger leur longévité par l'affranchissement ou des restaurations successives.

engrais

Base de la fertilisation. Selon les qualités du sol et la densité de plantation, incorporer en moyenne à l'hectare pour un verger intensif adulte : o en automne après la récolte, 200 kg de sulfate d'ammoniaque ; o en hiver, tous les 3 ans, 30 tonnes de fumier ou autre matière organique équivalente (engrais verts, gadoues, etc.) ; o annuellement, 400 kg de scories ou superphosphates, 300 kg de sulfate de potasse ; o début mars, 100 kg de sulfate d'ammoniaque, o courant mai, 100 kg de sulfate d'ammoniaque. En plus de ces éléments de base, apporter, selon l'état de la végétation magnésie, bore, calcium, fer et autres oligo-éléments destinés à éviter les carences.

maladies & ravageurs

Le poirier est attaqué par de très nombreux ennemis relevant des virus, bactéries, champignons, insectes ou parasites vertébrés de toutes sortes.Les plus virulents sont : le feu bactérien (Erminia amylovora), le flétrissement des boutons floraux (Pseudomonas) syringæ), le chancre papyracé (Cylindrosporium), le monilia (Sclerotinia cinerea), la tavelure (Venturia pirina), la rouille grillagée (Gymnosporangium sabinæ), I'anthonome du poirier (Anthonomus pyri), le carpocapse (Laspeyresia pomonella), la cécidomyie des poirettes (Contarinia pyrivora), les cèphes (Janus compressus), les cochenilles (Diaspsis leperii et Aspidiotus ostreæformis), I'hoplocampe du poirier (Hoplocampa brevis), les pucerons et notamment le puceron cendré, Les psylles (Psylla pyricola), le tigre du poirier (Stophanitis pyri), les phytoptes (Eriophyes pyri), les oiseaux (et notamment les bouvreuils, mésanges, étourneaux et merles).


Avis

( 1 avis clients)

Par le 05/06/2010

tres bien


39,00 €

En buisson
Hauteur livrée : 60cm minimum
39,00 €
Demi Tige : tronc de 1 à 1,5m
Hauteur livrée : 100cm minimum
56,00 €
Haute Tige : tronc de 1,5 à 2,2m
Hauteur livrée : 200cm minimum
93,00 €
En buisson
Hauteur livrée : 60cm minimum
56,00 €
Conteneur de 7,5L
Hauteur livrée : 100cm minimum
65,00 €
Sur tige : tronc de 100cm - En gobelet
Gobelet 3 ans
Hauteur livrée : 130cm minimum
75,00 €
Conteneur de 15L
Hauteur livrée : 100cm minimum
99,00 €
Palmette oblique
Hauteur livrée : 80cm minimum
199,00 €
En double U
Hauteur livrée : 100cm minimum
199,00 €
Pallipoir®
Hauteur livrée : 80cm minimum
299,00 €
Voir moins de conditionnements
Bien choisir son conditionnement
Garantie qualité végétale
Livraison suivie
Emballage adapté