connexion icone-emballage-adapte icone-garantie-qualite-vegetale icone-livraison-suivie panier recherche add add_circle check navigate_before navigate_next close mode_edit delete_forever expand_less expand_more keyboard_arrow_left keyboard_arrow_right zoom_in
star star-grey
Nectarinier, brugnonier
Nectarinier, brugnonier
Nectarinier, brugnonier
Nectarinier, brugnonier
Nectarinier, brugnonier
Nectarinier, brugnonier
Nectarinier, brugnonier
Nectarinier, brugnonier
Exposition conseillée : Soleil Soleil
Type de feuillage : Caduc Caduc
Rusticité : Rustique (T° mini : -15°) Rustique (T° mini : -15°)
Port : Etalé Etalé
Humidité du sol : Sec Sec

Nectarinier, brugnonier

Prunus persica nucipersica

Soyez le premier à laisser un avis sur ce produit !
Type : Arbre fruitier
Taille adulte (H x L): 4m x 4m
Période de floraison : Avril
Utilisation : Vertus médicinales, Plante comestible, Plante fruitière
C'est la forme du pêcher qui produit les nectarines (à noyau libre) ou les brugnons (à noyau adhérent), tous deux à peau lisse. Les fleurs roses et légèrement parfumées apparaissent avant les feuilles. La floraison est sensible au gel et cela peut porter préjudice à la fructification.

À propos de l'espèce Prunus persica nucipersica

Arbre autofertile, à courte durée de vie le plus souvent, le Prunus persica nucipersica est plus fragile que le pêcher. Il est conseillé de surveiller son arrosage et de mettre un paillis à son pied. Les fruits, à chair blanche ou jaune, sont riches en vitamines A, B2, C en potassium. Un brugnonier et le nectarinier fructifient en général à partir de 5-7 ans et pendant une vingtaine d'années maximum.
Lire moins Lire plus
Voir les autres Prunus persica nucipersica

À propos du genre Prunus

Le genre Prunus regroupe environ 400 espèces d'arbres et d'arbustes, à feuillage caduc le plus souvent, parfois persistant. Les fleurs, blanches ou roses, généralement à 5 pétales, sont parfois doubles ou semi-doubles, solitaires ou réunies en grappe ou en ombelle. Indéniablement décoratives, elles sont le plus souvent suivies de fruits comestibles et délicieux (prunes, cerises, pêches, abricots....), parfois comestibles mais amers ou âpres (merises, prunelles), plus rarement toxiques (fruits du laurier cerise).

Lire moins Lire plus
Voir les autres Prunus

Description détaillée de Nectarinier, brugnonier

Plantation

Exposition conseillée
Soleil
Rusticité
Rustique (T° mini : -15°)
Humidité du sol
Sec
PH du sol
Neutre
Type de sol
Normal
Richesse du sol
Normal

Caractéristiques produit

Type
Arbre fruitier
Utilisation
Vertus médicinales|Plante comestible|Plante fruitière
Type de feuillage
Caduc
Hauteur
De 3 à 5m
Hauteur à maturité (m)
4
Largeur à maturité (m)
4
Port
Etalé
Mois de floraison
Avril
Couleur(s) de floraison
Blanc
Couleur(s) du feuillage
Vert
Saison de floraison
Printemps

Nous vous conseillons également ces produits :

Poirier 'Saint Rémy'
  • Port : Etalé Etalé
  • Taille adulte : 6m x 4m
  • Saison floraison : Printemps
  • Exposition : Soleil
  • Feuillage : Caduc
  • Rusticité : Rustique (T° mini : -15°)
  • Humidité sol : Pas trop sec à frais
Voir le produit

Poirier 'Saint Rémy'

Pyrus communis 'Saint Rémy'

En pépinière À partir de 34,90 €
Rosier Thé moderne 'Grande Amore'
  • Port : Ouvert Ouvert
  • Taille adulte : 0.8m x 0.4m
  • Saison floraison : Été
  • Exposition : Soleil
  • Feuillage : Semi-persistant
  • Rusticité : Rustique (T° mini : -15°)
  • Humidité sol : Sec
Voir le produit

Rosier Thé moderne 'Grande Amore'

Rosa Thé moderne 'Grande Amore'

En stock À partir de 13,90 €
Géranium vivace 'Azure Rush'
  • Port : Etalée Etalée
  • Taille adulte : 0.45m x 0.5m
  • Saison floraison : Printemps,Été,Automne
  • Exposition : Soleil,Mi-ombre,Ombre
  • Feuillage : Semi-persistant
  • Rusticité : Rustique (T° mini : -15°)
  • Humidité sol : Pas trop sec à frais
Voir le produit

Géranium vivace 'Azure Rush'

Geranium 'Azure Rush'

En stock À partir de 9,90 € 6,93 €
Promo ! -30%

Botanique

Nom botanique
Prunus persica nucipersica
Famille
Rosaceae
Genre
Prunus
Espèce
Prunus persica nucipersica

Le Genre Prunus :

Environ 400 espèces (régions tempérées de l'hémisphère nord ; 17 espèces en Europe). Arbres et arbustes caducs, rarement persistants. Feuilles simples, alternes, dentelées, parfois entières, stipulées. Bourgeons constitués d'écailles imbriquées (ordinairement nombreuses). Fleurs solitaires, en fascicules ou en grappes, naissant souvent avant les Feuilles ; 5 sépales, 5 pétales souvent blancs, parfois roses à rouges ; étamines en nombre indéfini ; 1 carpelle à long style terminal, 2 ovules. Fruit drupe, généralement à 1 noyau, comestible chez de nombreuses espèces.

Particularité de l'espèce Prunus persica nucipersica : Petit arbre, dépassant rarement 4-5 m, à silhouette élancée dans son jeune âge, mais prenant rapidement une allure touffue pour adopter, avec les années, une cime étalée, aux branches dégarnies à leur base. De fructification précoce, sa longévité, sur ses propres racinez, dépasse rarement 15-20 ans. Branches et tronc grisâtres. 6 organes végétatifs : le gourmand, le rameau à bois, le rameau mixte, la branche chiffonne, le bouquet de mai et un organe secondaire très fréquent, se développant plus tardivement en cours de végétation : le rameau anticipé. Les yeux à bois, pointus et coniques, formés de petites écailles imbriquées et légèrement pubescents, sont difficiles à différencier extérieurement en plein hiver, et ne se distinguent qu'à partir de février-mars des boutons à fleurs globuleux. Feuilles étroites, longues, 10-15 x 1-3 cm, obovales, aiguës, atténuées, dentées. Pétiole court, muni ou non de glandes selon les cultivars Chaque bouton ne donne naissance qu'à une seule fleur rosacée (rose clair) ou campanulée (généralement rose foncé), et souvent autofertile. Floraison précoce, avant l'apparition des feuilles, très décorative mais exposée aux gelées tardives, ce qui, sous certains climats, porte à ne tailler cette espèce que très tardivement et parfois après la nouaison. Fruit en drupe presque sphérique, creusée d'un seul côté par un sillon peu profond, la divisant en 2 parties égales ; reliée au rameau par un pédoncule court. Réceptacle conique, persistant après la cueillette, et se desséchant ensuite sans présenter de possibilité de nouvelles fructifications. Toujours verts dans leur jeune âge, les fruits grossissent rapidement mais n'acquièrent leur couleur définitive qu'au moment de leur maturité. Leur pulpe est alors, selon les cultivars, une chair juteuse, plus ou moins fondante et sucrée, de couleur blanche, jaune ou rougeâtre. Le noyau, assez volumineux, de forme ovoïde et à péricarpe dur et crevassé de sillons sinueux, adhère ou non à la chair et constitue un élément qui, la texture de la peau, sert à identifier les fruits en des catégories botaniques recevant chacune une appellation différente selon leurs propres caractères.


Culture

Genre Prunus

plantation

dans un emplacement dégagé et ensoleillé. Les Prunus fleurissant hâtivement au printemps doivent être plantés en site abrité. S'ils vivent en sol ordinaire, ils se plaisent particulièrement en sol calcaire (sauf les espèces persistantes).

taille

(Fevrier-Avril) Caduques : avant la reprise en végétation, tailler le bois malade ou mort et les branches se croisant pour ne garder que les branches vigoureuses et maintenir un beau port. Sauf pour P. glandulosa et P. triloba : après la floraison, tailler toutes les branches à 1/4 de leur longueur, au-dessus d'un bourgeon vigoureux, pour obliger la plante à reformer de nouvelles pousses près de la base. Persistants : après la floraison, tailler légèrement et supprimer les rameaux qui déséquilibrent le port de la plante. Haies : pour les caduques, après la floraison ; pour les persistants, au début ou en fin de printemps.

maladies & ravageurs

Parmi les maladies cryptogamiques à redouter, la moniliose et la criblure sont les plus fréquentes. La moniliose (due à Monilia taxa) provoque le dessèchement des bouquets floraux. Puis des chancres se développent sur les rameaux, causant la mort des parties situées au-dessus. La criblure (due à Coryneum bejerinckii) se manifeste par la formation de taches circulaires brunâtres sur les feuilles, taches qui se perforent facilement. En outre, sur les rameaux naissent de petites lésions circulaires qui laissent exsuder de la gomme. Pour lutter dans les deux cas, commencer par couper les rameaux malades. Pulvériser des fongicides à base de cuivre (bouillie bordelaise), ou à base de captafol et de thirame pour la criblure. Procéder dès la chute des feuilles et jusqu'en janvier au plus tard. En cas d'attaques de pucerons ou de cochenilles au cours de l'été, traiter avec des insecticides spécifiques.


Espèce Prunus persica nucipersica

protection

En forme libre, il ne s'accommode bien que des climats moyennement chauds et secs du sud de la France et des larges vallées à l'abri des vents violents. En hiver, il supporte des gelées de -15°C, et demande au moins 1 mois de température inférieure à 6°C pour lever sa dormance. Il devient très frileux au printemps, au moment de sa floraison (- 2°C) et de la nouaison (-1°C). Au nord de la Loire, comme dans les régions de l'est, sa fructification régulière n'est possible qu'avec un choix d'exposition, formes et cultivars appropriés. Dans la région parisienne, on obtient une meilleure fructification en le cultivant en espaliers adossés au midi, au sud-est ou au sud-ouest, avec auvents et éventuellement toiles de protection contre les gelées blanches.

taille

Principes de la taille du pêcher Mise en place des coursonnes. Le coursonnage s'établit généralement sur un rameau à bois ou un gourmand d'extrémité, prolongeant la branche charpentière dont on limite l'allongement à 40-50 cm par an avec, éventuellement, suppression des anticipés en surnombre, et taille des latéraux conservés, à 1 ou 2 yeux pour obtenir l'année suivante 1 ou 2 éléments par coursonne. Formation et exploitation des coursonnes. Le pêcher tendant de lui-même à se ramifier abondamment, les coursonnes sont ensuite taillées en recherchant sur chacune d'elles seulement 2 éléments : la fructification de l'année en cours (assurée par les boutons à fleurs des organes de son extrémité) ; une possibilité de remplacement (assuré par des yeux à bois à sa base). Taille \en crochet". Dans le cas où la fructification apparaît sur le premier élément de la coursonne (chiffonne ou bouquet de mai)

humidité

rechercher le remplacement de celle-ci en conservant 2 yeux à la base du rameau à bois ou rameau mixte immédiatement au-dessus. Cette technique

recolte

dite taille ""en crochet""

entretien

permet à la fois d'exploiter la fructification de l'année (portée par la chiffonne ou le bouquet de mai) et de renouveler la coursonne sans trop l'allonger. Intervention en cours de végétation : Présence de deux bourgeons. Lorsque 2 bourgeons se présentent à la suite d'une taille à 2 yeux

engrais

les équilibrer en cours de végétation pour qu'ils aient une vigueur moyenne lors de la prochaine taille : si le bourgeon inférieur est faible

hors sol

pincer le deuxième bourgeon et le palisser vers l'horizontale ; si les 2 bourgeons sont de taille moyenne

maladies & ravageurs

les palisser obliquement et les pincer vers 35 cm de long en août ; si ce bourgeon inférieur est fort

propriété & emploi

le pincer à environ 40 cm


Variété

protection

En forme libre, il ne s'accommode bien que des climats moyennement chauds et secs du sud de la France et des larges vallées à l'abri des vents violents. En hiver, il supporte des gelées de -15°C, et demande au moins 1 mois de température inférieure à 6°C pour lever sa dormance. Il devient très frileux au printemps, au moment de sa floraison (- 2°C) et de la nouaison (-1°C). Au nord de la Loire, comme dans les régions de l'est, sa fructification régulière n'est possible qu'avec un choix d'exposition, formes et cultivars appropriés. Dans la région parisienne, on obtient une meilleure fructification en le cultivant en espaliers adossés au midi, au sud-est ou au sud-ouest, avec auvents et éventuellement toiles de protection contre les gelées blanches.

taille

Principes de la taille du pêcher Mise en place des coursonnes. Le coursonnage s'établit généralement sur un rameau à bois ou un gourmand d'extrémité, prolongeant la branche charpentière dont on limite l'allongement à 40-50 cm par an avec, éventuellement, suppression des anticipés en surnombre, et taille des latéraux conservés, à 1 ou 2 yeux pour obtenir l'année suivante 1 ou 2 éléments par coursonne. Formation et exploitation des coursonnes. Le pêcher tendant de lui-même à se ramifier abondamment, les coursonnes sont ensuite taillées en recherchant sur chacune d'elles seulement 2 éléments : la fructification de l'année en cours (assurée par les boutons à fleurs des organes de son extrémité) ; une possibilité de remplacement (assuré par des yeux à bois à sa base). Taille "en crochet". Dans le cas où la fructification apparaît sur le premier élément de la coursonne (chiffonne ou bouquet de mai), rechercher le remplacement de celle-ci en conservant 2 yeux à la base du rameau à bois ou rameau mixte immédiatement au-dessus. Cette technique, dite taille "en crochet", permet à la fois d'exploiter la fructification de l'année (portée par la chiffonne ou le bouquet de mai) et de renouveler la coursonne sans trop l'allonger. Intervention en cours de végétation : Présence de deux bourgeons. Lorsque 2 bourgeons se présentent à la suite d'une taille à 2 yeux, les équilibrer en cours de végétation pour qu'ils aient une vigueur moyenne lors de la prochaine taille : si le bourgeon inférieur est faible, pincer le deuxième bourgeon et le palisser vers l'horizontale ; si les 2 bourgeons sont de taille moyenne, les palisser obliquement et les pincer vers 35 cm de long en août ; si ce bourgeon inférieur est fort, le pincer à environ 40 cm, en laissant le supérieur intact. Sur le rameau mixte : Conserver les 2 bourgeons inférieurs, les pincer fin juin à environ 35-40 cm de long et, au besoin, les palisser obliquement ; pincer le bourgeon d'extrémité de la coursonne à 4-5 feuilles (tire-sève) ; pincer les bourgeons accompagnant les fruits à 2 feuilles en juin (bourgeons nourrisseurs) ; supprimer tous les bourgeons intermédiaires n'accompagnant pas de fruits ; si le remplacement inférieur semble faible et que le deuxième bourgeon a tendance à s'emporter, pratiquer éventuellement sur celui-ci un deuxième pincement en août. Aussitôt après la récolte : Rabattre les coursonnes provenant de rameaux mixtes sur les 2 bourgeons de la base (remplacements pour l'année suivante), et les équilibrer entre eux par pincement et éventuellement palissage, selon l'état, plus ou moins vigoureux, du bourgeons inférieurs; au cas où cette coursonne s'avérerait trop vigoureuse, conserver néanmoins le bourgeon tire-sève et ne rapprocher la coursonne qu'après la chute des feuilles ; sur chiffonne présentant un bourgeon à la base, appliquer le même traitement en rabattant également la coursonne sur ce rameau unique aussitôt après la récolte. Éclaircissage des fruits : Intervention ayant pour but de favoriser le volume des fruits, en conservant 6-7 fruits par rameau mixte sur les coursonnes soumises au système de taille à long bois et seulement 3-4 sur celles soumises à la taille courte. Ne conserver que 2 fruits par chiffonne et un seul par bouquet de mai. Intervenir manuellement après la chute physiologique des fruits lorsqu'ils sont noués, c'est-à-dire (en général) 10-20jours après la pleine floraison. En culture commerciale, on s'oriente vers l'éclaircissage chimique, à base d'ANA ou de 3-CPA, appliqué au crépuscule, environ 2 semaines après la chute des pétales. Les réactions varient d'un cultivar à l'autre, et cette technique est en cours de perfectionnement.

maladies & ravageurs

2 virus principaux. Les taches annulaires (NRSV) handicapent le greffage en pépinière et provoquent sur les arbres atteints des mérithalles courts, avec taches chlorotiques sur feuilles et déformation des fruits. La sharka provoque la décoloration des nervures et l'apparition d'anneaux verdâtres ou jaunâtres sur fruit. Lutte par sélection sanitaire et incinération des sujets atteints. 2 maladies bactériennes. La bactériose du pêcher (Pseudomonas persicae) provoque des taches sur les feuilles et des exsudations abondantes de gomme sur bourgeons, rameaux et fruits, entraînant le dépérissement des sujets atteints. Traitement au cuivre à la chute des feuilles. L'Agrobacterium tumefaciens provoque la galle du collet (crown-gall) : arracher et incinérer les sujets atteints. Principales maladies cryptogamiques. La cloque du pêcher (Taphrina deformans), le coryneum, le chancre (Fusicoccum amygdali), I'oïdium (Sphærotheca pannosa) et le plomb (Sterenm purpureum). Principaux insectes. La mouche des fruits (Ceratitis capitata), la petite mineuse, les pucerons verts et farineux, la tordeuse orientale et les acariens.

propriété & emploi

Les pêches, nectarines et brugnons se consomment à l'état frais, pochés, en pâtisseries (pêche Melba) ou en marmelade, sorbet, jus de fruits, etc. Les pavies, qui résistent mieux à la cuisson en raison de la fermeté de leur chair, sont de préférence utilisées pour la conserve ou les fruits au sirop. L'amande des noyaux donne une huile utilisée en pharmacie.Les fleurs et les feuilles utilisées en sirop ou infusion ont des propriétés Iaxatives et purgatives.


Avis de Nectarinier, brugnonier


Pas d'avis utilisateur pour le moment.

42,90 €

Hauteur livrée : 60cm minimum
42,90 € En pépinière
En buisson
Hauteur livrée : 60cm minimum
47,50 € En pépinière
Demi Tige : tronc de 1 à 1,5m
Hauteur livrée : 100cm minimum
76,00 € En pépinière
En buisson
Hauteur livrée : 60cm minimum
49,00 € En pépinière
Conteneur de 5L
Hauteur livrée : 100cm minimum
70,00 € En pépinière
Bien choisir son conditionnement
Garantie qualité végétale
Livraison suivie
Emballage adapté